« LES FRANÇAIS ET LA PROTECTION SOLAIRE »
menée par les Laboratoires de Biarritz,
acteurs dans la prévention de la santé de la peau.

Lors de la Semaine nationale de dépistage du cancer de la peau qui a lieu du 15 au 19 mai, les dermatologues proposent dans toute la France des consultations gratuites pour détecter au plus tôt les cancers de la peau. Au-delà du dépistage, cette semaine est aussi l’occasion de réitérer les messages-clés de prévention face aux dangers du soleil, car on le sait le rayonnement UV est le principal responsable de l’émergence des cancers cutanés.

Mais justement où en sont les Français dans leur perception et leurs connaissances des dangers liés à l’exposition solaire ? Tout est-il acquis ? Certaines idées reçues perdurent-elles ?

Acteurs de Santé Publique, les Laboratoires de Biarritz ont souhaité mener cette enquête sur les « Français et la protection solaire ». Et les résultats sont surprenants. En effet, malgré des campagnes de sensibilisation répétées ces dernières années, on constate qu’il existe encore beaucoup trop de méconnaissances qui mènent à des comportements à risques face au soleil.

Découvrez ci-dessous les résultats de cette enquête « Les Français et la protection solaire » !

Un sujet important que les Français connaissent mal…


Estiment que la protection solaire est un sujet important.


Se sentent bien informés…

Pourtant

Pense que les coups de soleil de l’enfance sont sans conséquence à l’âge adulte s’ils sont bien soignés.

Les coups de soleil reçus pendant l’enfance entament considérablement notre capital soleil (moyens de défenses contre les effets néfastes du soleil, acquis à la naissance et non renouvelables). A l’âge adulte, l’individu se défend moins bien et le risque de cancers cutanés augmente.

Pense que les coups de soleil rendent la peau moins vulnérable au soleil.

Plus le nombre de coups de soleil reçus est important, plus le capital soleil est diminué, moins la peau se défend correctement.

Se pense protégé du soleil à l’ombre ou dans l’eau.

L’eau donne une sensation de fraîcheur mais laisse passer les UV en surface, elle réfléchit 10% à 30% du rayonnement et les gouttelettes d’eau ont un effet «loupe» : attention, danger, l’eau peut au contraire amplifier le rayonnement reçu.

… et des produits que les Français comprennent mal…

Jugent compréhensibles les informations sur les emballages des produits solaires…

Pourtant

Ne connaissent pas la signification des mentions UVA et UVB.

Les UVA pénètrent jusqu’au derme et sont responsables du photo-vieillissement induit par la production de radicaux libres. Les UVB atteignent surtout l’épiderme, provoquent les coups de soleil et augmentent le risque de cancers cutanés.

Ignorent qu’il existe 2 types de protecteurs solaires (filtres chimiques et écrans minéraux).

L’application des écrans minéraux (TiO2, ZnO) est à privilégier car ils présentent une haute tolérance, ne pénètrent pas dans la peau et sont actifs dès l’application. Les filtres chimiques actifs seulement 30 minutes après l’application pénètrent dans la peau et peuvent présenter des risques pour la santé**. La certification BIO exige l’emploi des écrans minéraux et exclue les filtres chimiques.

Pensent qu’il est impossible de bronzer avec un indice de protection élevé.

Dès que l’on s’expose aux UVB, même protégé avec un indice élevé, la synthèse de mélanine (pigment brun naturel de la peau responsable du bronzage) est activée. Bronzer progressivement permet de mieux préparer la peau pour un bronzage plus harmonieux qui dure plus longtemps.

… ce qui ne leur permet pas de bien choisir leur protection solaire…

Ne tiennent absolument pas compte des indications figurant sur l’étiquette (UVA, UVB, filtres, etc.) au moment de choisir, mais privilégient le prix, la texture et la forme.

Il faut choisir sa crème en fonction de son phototype et des conditions d’expositions (saison, heures, latitude, durée). Pour une protection solaire réellement efficace, on doit utiliser une crème avec un indice minimal de 30.

… et donne lieu à des comportements à risques…

Seulement 64% des Français lisent les conditions d’utilisation des protections solaires qu’ils achètent.

Alors que

Ne se mettent pas systématiquement de la crème lorsqu’ils s’exposent au soleil.

La seule solution pour éviter les effets néfastes du soleil est de se préserver de ses rayons. Il faut appliquer de la crème sur les endroits non protégés.

Ne met pas systématiquement de la crème à son enfant exposé au soleil

Les enfants sont les plus vulnérables face au soleil. Afin de préserver leur capital soleil, il est essentiel de leur appliquer systématiquement de la crème solaire présentant un indice de très haute protection.

Ne renouvellent pas l’application de protection solaire après une baignade.

Ne renouvellent pas l’application de protection solaire après avoir transpiré.

Afin de maintenir une protection efficace, il faut remettre de la crème solaire après toute baignade et/ou activité sportive. Bien veiller à ce que la peau soit sèche avant application.

… qui peuvent être prévenus
au moment de l’achat

Attendent donc des conseils de la part du vendeur lors de l’achat d’une protection solaire.

Comprennent mal les différences entre les filtres chimiques et les écrans minéraux et leur fonctionnement. (cf les deux différents types de filtres solaires **)

* enquête réalisée sur + de 300 Français ayant au moins un enfant < 18 ans, et ayant acheté une protection solaire récemment.

ACHETER
NOS PRODUITS

DÉCOUVRIR

INSTANT BIARRITZ

Recevez les actualités des Laboratoires de Biarritz